L’intoxication médicamenteuse

L’intoxication médicamenteuse surtout par tentative de suicide est très fréquente. Tous les produits peuvent être en cause car ils ont tous une dose toxique mais les plus fréquemment rencontrés sont du type « tranquillisants » …
Tous n’ont pas la même toxicité: elle peut être nerveuse (coma, convulsions), respiratoire (dépression des centres nerveux, paralysie des muscles respiratoires), cardio-vasculaire (collapsus, troubles du rythme ), digestive (ulcère, hémorragie, hépatite) …Les risques encourus sont fonction de la dose, des antécédents de la victime, de sa susceptibilité propre à l’intoxication, du nombre de toxiques (association de plusieurs médicaments, médicament alcool…).

Le Bilan

C’est à une véritable enquête policière que doivent se livrer les secours :

  • circonstances (intoxication volontaire ou accidentelle )
  • signes présentés (bilan vital, état des pupilles, vomissements. ..)
  • type et quantité des produits ( ce qui est trouvé, ce qu’avoue la victime, en sachant qu’elle peut grossir ou au contraire minimiser les doses absorbées)
  • voie(s) d’administration(s)
  • association avec alcool, gaz, autres médicaments ou toxiques
  • odeur de l’haleine, trace de piqûre, aspect des vomissures. ..
  • température
  • atteintes associées: traumatismes, noyade. ..
  • antécédents (médicaux, psychiatriques)

Conduite à tenir

Ce type d’intervention nécessite de prendre systématiquement un avis médical pour connaître la toxicité de chaque médicament, la nécessité ou non d’une médicalisation de l’intervention.
Les gestes à pratiquer dépendent essentiellement du bilan vital avec, en particulier :

  • protection des voies aériennes: PLS si inconscient, somnolent, incapable de se tenir assis (fréquence des vomissements)
  • oxygénation à fort débit ( 15 l/min. )
  • protection thermique
  • surveillance attentive.

A savoir sur l’intoxication médicamenteuse

  •   Il faut toujours penser à la dissimulation possible des doses ou des médicaments absorbés; en cas de doute, il faut toujours considérer que la dose maximale ingérée correspond aux emballages vides retrouvés.
  • Une intoxication peut être très grave même après un bilan rassurant; à l’inverse, un médicament peu toxique peut tuer à cause d’une complication (inhalation du contenu gastrique pendant le coma par exemple. ..)
  • Un renfort médicalisé est nécessaire en cas de troubles des fonctions vitales, de produit potentiellement dangereux, de doses élevées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *