Mauvais traitements, sévices, violences

Le secouriste en mission pourra se trouver, sinon témoin direct d’un fait éventuellement repréhensible, du moins dans une situation lui inspirant un doute. Il ne pourra jamais constater (car pas habilité) mais il pourra le cas échéant « révéler » ou « dénoncer »

Soins d’un mineur

Principe : sauf cas d’urgence vitale, le mineur ne peut recevoir de soins qu’à la demande ou avec le consentement préalable de son représentant légal (père, mère, tuteur…) ou l’autorité judiciaire (juge des enfants, procureur…).

Le mineur ne peut donc pas, seul, solliciter des soins ou refuser des soins demandés ou acceptés par ses parents ou l’un deux.

Fugue, tentative de suicide, alcoolisme sur un mineur

Confronté à un mineur dans une telle situation dont les parents doivent être avisés, mais n’étant pas habilité à cette tâche, le secouriste doit solliciter l’intervention des services de police qui décideront des mesures à prendre.

Transport d’un mineur

Sauf cas d’urgence vitale, le secouriste n’est pas habilité à transporter un mineur sans présence d’un représentant légal.

L’équipe doit donc solliciter l’intervention des services de police.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *