Les gelures sont des lésions plus ou moins profondes de la peau et des tissus sous-jacents, dues au froid et qui siègent au niveau des extrémités : nez, oreilles, orteils et pieds, doigts et mains. Le vent, l’humidité, l’immobilité, des vêtements trop serrés augmentent les risques.

Si la vasoconstriction consécutive à l’exposition au froid, se prolonge, elle peut être à l’origine d’une souffrance des zones qui ne sont plus irriguées par le sang. Des cristaux de glace peuvent, dans certains cas, se former à l’intérieur des cellules et entraîner leur destruction (nécroses).

On distingue 2 types de gelures :

  • Les gelures superficielles : Il existe une pâleur locale avec des zones lésées qui apparaissent grisâtres ou jaunes. Lavictime ressent une douleur légère comme des « piqurees d’aiguille », suivie d’un engourdissement avec des fourmillements. Parfois, il y a la présence de phlyctènes ou d’oedèmes au niveau des extrémités.
  • Les gelures profondes : Les extrémités deviennent brunes, insensibles et durcissent du fait de la présence de cristaux de glace. Les tissus vont progressivement se nécroser

Les signes spécifiques d’une gelure :

  • Rechercher par l’interrogatoire de la victime ou de l’entourage :
    • Les circonstances de survenue
    • La durée de l’exposition au froid
  • Rechercher ou apprécier :
    • La température corporelle
    • La douleur ressentie par la victime
    • L’engourdissement ou l’anesthésie des zones atteintes
    • La durée des zones atteintes
    • La douleur provoquée par une palpation douce
    • La décoloration de la peau

Conduite à tenir générale :

  1. Soustraire la victime du froid et la placer dans une zone chauffée
  2. Enlever les gants, bijoux et chaussures avec délicatesse
  3. Prendre la température corporelle pour rechercher une hypothermie associée

En cas de gelures superficielles, rechauffer les zones lésées :

  • Placer la victime près d’une source de chaleur ne dépassant pas la température corporelle
  • Placer les zones lésées au contact de la peau de la victime (ex : mains sous les aisselles…).
  • Séparer les doigts avec des compresses afin de diminuer l’irritation cutanée et éviter toute adhérence entre eux

En cas de gelures profondes :

  • Ne pas tenter de réchauffer les zones atteintes en les frottant ou en les massant
  • Emballer les zones lésées

Le réchauffement doit être pratiqué de préférence en milieu hospitalier car c’est un processus rigoureux et très douloureux. Les extrémités deviennent rouges, chaudes et des phlyctènes apparaissent.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *