Le ballon-masque, souvent appelé ambu (du nom de la compagnie l’ayant commercialisé en premier), est un outil de ventilation de moins en moins utilisé. En effet, on l’utilisait beaucoup pour assurer la ventilation artificielle jusqu’à ce qu’on se rende compte qu’il était mal utilisé par une proportion importante les professionnels de la santé.

Il s’utilise avec un masque (peut être de poche) et, idéalement, devrait être connecté à la source d’oxygène. De plus, un sac collecteur est optionnel sur la majorité des modèles pour permettre l’administration de 100% d’oxygène. Le problème principal du ballon-masque est relié au fait qu’il est difficile de sceller le masque sur la bouche et le nez à l’aide d’une seule main (l’autre étant utilisée pour appuyer sur le ballon). Ainsi, cela crée beaucoup de fuites et l’air ne se rend pas (ou moins) aux poumons. De plus, une seule main pour écraser le ballon est difficile.
Bien que l’oxygène soit à 100%, si la ventilation n’est pas bonne, ce n’est pas efficace. C’est la raison pour laquelle le masque de poche (utilisé sans ballon) est maintenant l’outil de choix. Cependant, le ballon-masque s’utilise encore dans certains cas comme l’assistance ventilatoire d’une victime. Au niveau secouriste, il ne devrait jamais être utilisé en cas d’arrêt respiratoire à moins que le secouriste ait beaucoup d’expérience avec cet outil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *