La ventilation est souvent signe de nos humeurs et de problèmes qui peuvent être plus ou moins graves. Nous expliquerons ici les changements qui sont habituellement bénins.

  • toux: déclenchée par un réflexe dû à la présence d’un ou des corps étrangers (particules, nourriture, etc.). L’origine de la stimulation peut être le larynx, la trachée ou l’épiglotte.
  • éternuement: expulsion de l’air avec force suite à une irritation de la muqueuse nasale.
  • soupir: inspiration longue et profonde suivie d’une expiration brève mais énergique, la cause exacte n’est pas connue.
  • bâillement: la cause du bâillement est mal connue mais de fortes suppositions laissent croire que ce soit à cause d’une accumulation de CO2 dans les alvéoles à cause d’une hypoventilation ponctuelle.
  • sanglots: inspirations convulsives pendant lesquelles la glotte se referme trop tôt faisant en sorte que moins d’air pénètre dans les poumons. La cause est une stimulation des centres de la respiration par des influx parasympathiques et sympathiques en même temps. Ceci est dû à un déséquilibre émotionnel temporaire.
  • pleurs: inspirations et expirations non-entrecoupées par une fermeture de la glotte ce qui fait en sorte que des sons peuvent être émis en tout temps et que la personne peut s’étouffer (habituellement de façon mineure) dans ses sécrétions, habituellement accompagnés de caractéristiques faciales propres.
  • rire: même mouvements de base que pour les pleurs mais le rythme varie et l’expression faciale est plus joyeuse.
  • hoquet: contractions spasmodiques du diaphragme suivies de la fermeture spasmodique de la glotte ce qui produit le son caractéristique du hoquet. Une irritation du tube digestif en est la cause habituelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *