La détresse : Overdose

L’ injection d’ héroïne (dérivé puissant de la morphine) chez le toxicomane entraîne une intoxication aiguë responsable de troubles de conscience (les morphiniques sont des produits anesthésiques) avec pupilles en myosis serré et de troubles ventilatoires (action dépressive sur les centres respiratoires). Le risque immédiat est lié à l’ hypoventilation c’ est à dire à une dette en oxygène, d’ où l’ intérêt d’ une oxygénothérapie précoce.

L’ intervention secouriste pour une overdose

2-1 Bilan : . antécédents (médicaux, psychiatriques, toxicomane connu)
. notion d’ une injection, traces de piqûres.
. association avec alcool, médicaments.
. bilan vital, état des pupilles, température.
. autres signes présentés, en particulier traumatiques.
2-2 Décision . médicalisation en cas d’ ACR ou de troubles persistant malgré une oxygénation efficace pendant 15 à 20 minutes.
. transport sur le secteur après début de réveil (si accepté)
2-3 Conseils . PLS si inconscient
. oxygéner à fort débit (15 l/min.), sous forme de ventilation artificielle en cas de pauses respiratoires > 10 secondes.
. nouveau bilan à refaire 10 minutes plus tard pour juger de l’ effet de l’ oxygénothérapie (réveil normalement).
2-4 A savoir . le patient qui refuse son transport peut être laissé sur place à condition d’ être surveillé par une tierce personne.

Les phases de l’overdose

3.1 Somnolence

3.2 Inconscience avec respiration et pouls faible

3.3 Arret de la ventilation

3.4 Arrêt cardiaque pouvant aller jusqu’à la mort

Les médicaments employés chez l’héroïnomane

Subutex®, Methadone®, Moscontin®, patch aux morphinique, etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *