Qu’est-ce que l’hypocondrie ?

Un hypocondriaque est un individu persuadé d’être malade et qui ne présente pourtant aucune maladie autre qu’imaginaire. L’hypocondriaque prête souvent à rire mais ses proches souffrent par contre de cette situation qui met leurs nerfs à l’épreuve. Contrairement au simulateur, l’hypocondriaque souffre réellement.

Il s’observe en permanence, les moindres réactions de son organisme. Il s’agit souvent d’individus avant un vernis de connaissances médicales. Ils suivent avec attention la presse et les émissions médicales en cherchant avec angoisse les symptômes décrits qu’ils finissent par ressentir.

L’hypocondriaque s’observe en permanence et guette les moindres signes annonciateurs de la maladie. Les médecins font souvent l’expérience suivante : il suffit d’une émission médicale à la télévision pour voir le lendemain un certain nombre de patients qui se plaignent tous des mêmes symptômes. Chez la plupart d’entre eux, l’examen médical suffit à dissiper la peur de la maladie. En fait. chacun de nous a des tendances hypocondriaques parfois réussir à susciter interventions et opérations inutiles qui entraînent alors de véritables complications.

A quoi reconnaît-on l’hypocondrie ?

On a souvent tendance à se moquer des hypocondriaques. Cependant, l’hypocondrie, dans sa forme extrême, doit être prise au sérieux car elle traduit souvent une crise psychologique. Les sujets atteints sont souvent dépressifs et peuvent présenter des tendances suicidaires ou délirantes.

L’hypocondriaque prend des manifestations ou des sensations corporelles normales pour un signe de maladie. Même si les examens médicaux ne révèlent rien il reste persuadé de souffrir d’une maladie grave. Le corps occupe progressivement la première place.
La relation entre le médecin et l’hypocondriaque est très complexe car même en l’absence de troubles physiques avérés l’hypocondriaque peut lorsque l’idée de maladie domine totalement alors déclencher un véritable trouble physique. Angoisse, états dépressifs et compulsions sont fréquents chez hypocondriaque.

Les grands symptômes de l’hypocondriaque sont

Le syndrome de Münchhausen
C’est une anxiété générale qui touche le corps : préoccupation exagérée. ou sans fondement, de sa santé avec analyse des moindres troubles fonctionnels

Les patients souffrant du syndrome de Münchhausen présentent des troubles factices chroniques avec symptômes physiques. La maladie est simulée de manière dramatique et convaincante et amène en général le patient à consulter d’hôpital en hôpital. Le problème est beaucoup plus complexe qu’une simple simulation malhonnête et Il est associé à d’importantes difficultés émotionnelles. Dans le syndrome par procuration, les mères induisent les maladies sur leurs enfants, victimes innocentes d’innombrables prises de sang, voire d’opérations inutiles. Par ce moyen la mère, souvent dotée d’une bonne culture médicale, maintient un lien de dépendance qu’elle confond avec l’amour qu’elle recherche désespérément ; alerte excessive sur le moindre symptôme banal, avec souvent un intérêt particulier pour les fonctions gastro-intestinales. Les phases de la digestion sont suivies attentivement, les urines souvent recueillies, observées, analysées ; recours répétitif au médecin dont l’hypocondriaque change régulièrement.

Caractéristiques de l’hypocondrie

Il s’agit souvent de personnes qui manquent de confiance en elles et sont instables. Les individus qui ont des difficultés à accepter le vieillissement peuvent aussi devenir victimes d’hypocondrie. Le développement psychique est souvent troublé tout comme le développement sexuel. L’hypocondrie apparaît aussi dans les cas de dépression et de schizophrénie.

Sur le plan relationnel, l’hypocondriaque fatigue et lasse son entourage par ses plaintes et ses craintes perpétuelles. Insatisfait et exigeant, il devient souvent un tyran familial et évite les situations conflictuelles en se réfugiant dans sa maladie.

Traitement de l’hypocondrie

L’hypocondrie exige un traitement lorsque la maladie devient le centre de la vie car elle peut alors conduire à la folie. Le traitement dépend toujours de la cause psycho logique sous-jacente. Cela peut aller de la simple consultation d’un psychothérapeute à l’administration de psychotropes. ïl faut parfois recourir à l’hospitalisation dans un service de psychiatrie.

Le malade imaginaire

Le terme hypocondrie vient du grec hypochondriakos souffrant de l’hypocondre. L’hypocondre désignait pour les Grecs ce qui se trouve sous la cage thoracique. c’est- à-dire l’abdomen, qui était pour eux le siège et la cause de la mélancolie.

Dans la terminologie médicale actuelle l’hypocondre se trouve dans la partie supérieure de l’abdomen dans la région des côtes. Au 17e siècle. Molière écrivit une pièce célèbre qui se moquait de l’hypocondrie Le malade Imaginaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *