1 La détresse
L’ automatisme des contractions du coeur est parfois défaillant du fait de l’ âge, d’ un infarctus ou d’ une intoxication. La fréquence peut être trop élevée (« tachycardie » > 120 batt./min.), ou trop basse (« bradycardie » < 50 batt./min.); le rythme peut être irrégulier (« arythmie »). Le danger est la défaillance de la pompe cardiaque (OAP, collapsus) ou l’ inefficacité circulatoire (ACR).

2 L’ intervention

2-1 Bilan :

  • antécédents du malade (troubles du rythme, infarctus du myocarde, angor, maladie de BOUVERET)
  • événement(s) déclenchant (s) (effort, repos, intoxication, erreur de dosage…)
  • traitement habituel du patient.
  • autres signes présentés (bilan vital, palpitations, pâleur…)
  • pacemaker?

3 Décision

  • un malade qui présente un trouble du rythme connu et bien supporté peut être traité par un médecin à domicile ou être transporté sans médicalisation.
  • une médicalisation est nécessaire dans tous les autres cas.

4 Conseils

  • malade au repos strict, allongé ou demi-assis s’ il est conscient.
  • oxygénothérapie au masque.

5 A savoir

Un pacemaker n’ empêche pas toujours les troubles du rythme…

6 Les médicaments courants

  • Cordarone®
  • Rythmodan®
  • Longacor®…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *