L’une des raisons qui a fait en sorte que plusieurs organismes de secourisme (FNPC, Croix-rouge, SNSM, etc.) ont hésité avant de permettre à leurs membres d’utiliser l’oxygène ou de mettre sur pied des formations est parce que l’utilisation de l’oxygène a tendance à détourner l’attention des secouristes vers celle-ci et, par le fait même, ils ont tendance à négliger la victime.

  • l’utilisation de l’oxygène ne remplace pas les techniques de base (ouverture des voies respiratoires, manoeuvres de réanimation, etc.)
  • la pose d’un masque ne permet pas la ventilation si la victime de respire pas
  • il ne faut jamais hésiter à administrer de l’oxygène en situation d’urgence
  • l’oxygène, en situation d’urgence, s’administre entre 10 et 15 litres par minute (certains débitmètres peuvent monter à 25 litres par minute. L’oxygène est habituellement gaspillé à ce débit)
  • vous devez vous occuper en priorité de la victime, pas de l’équipement
Tagged with:
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *