Les risques reliés à l’utilisation de l’oxygène en milieu préhospitalier sont pratiquement nuls. En fait, ils sont plutôt liés à l’équipement qu’à l’oxygène comme tel.

Maladies pulmonaires obstructives chroniques (M.P.O.C.)

Pendant plusieurs années, il y a eu controverse autour de l’administration de hautes concentrations d’oxygène (40% et plus) à des patients atteints de maladies pulmonaires obstructives chroniques (M.P.O.C.). Chez ces patients, le stimulus de la ventilation est, contrairement aux gens « normaux » qui utilisent la hausse de CO2, la baisse d’oxygène. Alors, lorsqu’on administre de l’oxygène à haute concentration à ces patients, leur SaO2 demeure artificiellement élevée. Il serait donc possible que ces patients deviennent en arrêt respiratoire par manque de stimuli ventilatoires.

Cependant, des recherches ont démontré que cette situation se présentera seulement lors d’expositions prolongées à ces hautes concentrations (plusieurs heures) et que, en milieu préhospitalier, le temps maximal d’administration étant beaucoup plus bas, cette crainte était non-fondée. Cependant, si cette situation devait survenir, « l’antidote » demeure la respiration artificielle.

Toxicité à l’oxygène

Lorsque l’oxygène est administré pendant plus de 24 heures à haute concentration, il est possible que les poumons (surtout) et autres organes puissent souffrir de lésions. La notion de 24 heures semble même théorique car plusieurs chercheurs ont retrouvé les signes et symptômes de toxicité après plus de 48 et même 72 heures. Une chose est certaine, il n’y a pas d’application à ce problème en milieu préhospitalier.

Les nouveau-nés

Les vaisseaux sanguins des nouveau-nés sont particulièrement sensibles à l’oxygène. L’O2 étant un vasoconstricteur, les petits vaisseaux deviennent assez petits pour ne plus laisser passer le sang. C’est le cas pour les vaisseaux de la rétine et le nouveau-né pourrait devenir aveugle. Encore ici, cette situation peut se produire seulement après plusieurs heures d’administration à haute concentration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *