Solutions d’après TRIZ

Pin et al. utilisent une approche algorithmique nommée TRIZ (Théorie de Résolution des Problèmes Inventifs) pour trouver des solutions et tendances qui permettraient d’éviter les mouvements de panique. Pour trouver ces solutions, ils ont défini le problème suivant : la surpopulation peut entraîner une diminution des performances  et une augmentation de victimes. Le nombre de personnes ne pouvant pas toujours être diminué, la source du problème trouvé via TRIZ est la limitation de l’espace disponible. Il est cependant rarement possible d’augmenter l’espace, si ces événements ont lieu dans les rues ou espaces publiques.

Voici les solutions trouvées par ces scientifiques :
1.    La segmentation de la foule en différentes lignes permet d’avoir une foule plus gérable. Si un mouvement de panique arrive dans une des lignes, elle n’engrangera pas de dangers pour les autres lignes, ce qui permet de limiter la propagation de celle-ci. Cependant, ceci ralentit aussi l’arrivée des secours.

2.    Le principe d’homogénéité signifie que l’on met ensemble les personnes du même âge car elles auraient approximativement la même vélocité. Une variante à ce principe serait d’avoir un flux unidirectionnel pour limiter les collisions. Ce système est déjà mis en place dans de nombreux événements, tel que le carnaval ou le nouvel an à Hong Kong dans le quartier de Lan Kwai Fong.

3.    Avec l’utilisation de caméra vidéo, il est possible d’estimer la densité de la population en direct, ce qui permet de bloquer l’entrée si le nombre de personnes limite est atteint. D’autres systèmes ont été élaborés et permettent de calculer à un endroit précis le nombre de personnes. Ceci permet d’avoir des actions selon les recommandations d’un logiciel et non juste après une estimation à l’œil nu. De même, certains procédés peuvent ainsi être automatisés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *