La brulure

La brûlure peut être d’ origine thermique (feu, liquide bouillant), chimique (acide, base) ou électrique. Elle est grave lorsqu’ elle :

  • couvre une grande étendue de surface corporelle (perte de plasma)
  • est profonde (destructions cellulaires)
  • est susceptible d’ entraîner une détresse vitale (voies aériennes), des troubles circulatoires (brûlures circulaires des membres)
  • atteint des organes particuliers (oeil, organes génitaux…)

Quand c’ est possible, son refroidissement rapide permet d’ en limiter l’ extension donc la gravité; à condition de ne pas être la cause d’ une hypothermie…

L’ intervention

2-1 Bilan

  • circonstances, type de brûlure
  • localisation, étendue, aspect local (rougeur = 1er degré, phlyctènes = 2ème, destruction, carbonisation = 3ème)
  • bilan vital
  • température
  • atteintes associées (intoxication, traumatisme…)
  • antécédents, traitement éventuel

+ si brûlure chimique, nom du produit.

2-2 Décision

  • médicalisation systématique si notion de gravité réelle ou potentielle.
  • évacuation de la victime vers un milieu spécialisé pour les brûlures de l’ oeil.

Les gestes de secourisme sur une brûlure grave

  • refroidir de façon précoce les brûlures cutanées.
  • laver à grande eau les brûlures chimiques.
  • déshabiller, essuyer, emballer, couvrir…
  • oxygéner à fort débit (15 l/min.)
  • rassurer, calmer.

A savoir sur les brûlures

Les accidents électriques sont susceptibles d’ entraîner des troubles du rythme (sur le moment ou plus tardivement). Les brûlures par feu s’ accompagnent souvent d’ une inhalation de fumées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *