Généralités sur la pendaison

La pendaison est un acte de violence par lequel le corps suspendu par le cou à l’aide d’un lien. Elle entraîne brutalement la perte de conscience, l’arrêt des fonctions vitales et la mort. Sous l’effet du poids du corps, des lésions vertébrales avec atteinte de la moelle épinière sont fréquentes et sont associées à la compression des voies aériennes supérieures et des vaisseaux du cou.

La strangulation est une constriction du cou ou une pression exercée sur la gorge. Lors de cet étranglement, les voies aériennes et les vaisseaux du cou sont comprimés : l’afflux d’air vers les poumons ou la circulation du sang vers le cerveau sont interrompus.

Les circonstances d’une pendaison peuvent être :

  • accidentelles : vêtement qui se prend dans une machine, jeu du foulard chez les enfants, tête d’un enfant prise entre les barreaux du lit…
  • volontaires : crime, suicide, …

Signes spécifiques

Rechercher par l’interrogatoire de l’entourage :

  • Les circonstances de découverte
  • Les antécédents de la victime : dépression, maladie grave…

Rechercher ou apprécier :

  • La situation de la victime : non dépendue ou avec une strangulation toujours présente
  • Des signes de strangulation criminelle (griffure au niveau du cou)
  • Une détresse neurologique : qui est toujours présente (agitation, convulsions, mydriase, myosis). Il peut arriver qu’un pendu soit conscient si un témoin se trouve pratiquement sur place au moment de la pendaison
  • Une détresse respiration (polypnée, tirage ou bradypnée puis apnée)
  • Une détresse circulatoire. La présence d’un pouls doit être recherchée en périphérie ou mieux au niveau du creux inguinal.

Conduite à tenir face à une pendaison

  1. Soutenir la victime, en cas de pendaison pour neutraliser les forces de traction et de constriction
  2. Dépendre le corps en se faisant aider (couper le lien, soutenir la victime pour éviter qu’elle ne chute brutalement ce qui pourrait occasionner des traumatismes supplémentaires).
  3. Supprimer la source de constriction (strangulation), si elle est encore présente (cet acte peut être difficile si le lien est très serré).
  4. Maintenir l’axe tête cou tronc dès que possible
  5. Allonger la victime au sol
  6. Réaliser les gestes d’urgence en rapport avec l’état de la victime (Réanimation…)
  7. Poser un collier cervical dès que possible, si aucun geste de réanimation n’est indiqué ou si cela ne retarde pas leur réalisation
  8. Contacter la régulation médicale (toujours)
  9. Demander la policer
  10. Respecter les indices

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *