Qu’est ce que la pâleur ?

La pâleur, du visage en particulier, est un symptôme de différentes maladies, ou de troubles ayant une influence sur l’organisme. La teinte de la peau dépend de la quantité de sang qui circule dans les artérioles et les capillaires. Le rétrécissement de ces vaisseaux réduit l’irrigation et la peau apparaît plus pâle. A l’inverse, elle rougit lorsque ces vaisseaux se dilatent laissant circuler une plus grande quantité de sang. Ces modifications du calibre des vaisseaux sont régies par deux systèmes nerveux opposes : le sympathique et le parasympa chique. Le système sympathique agit par l’intermédaire d’un médiateur chimique l’adrénaline. Cette substance provoque la contraction des vaisseaux.

Le système parasympathique utilise l’acétylcholine qui a une action dilatatrice sur les vaisseaux. L’adrénaline peut donc provoquer une pâleur soudaine qui doit cependant être distinguée d’une pâleur permanente de la peau. Attention, la pâleur est un symptôme très fréquent qui peut accompagner des maladies graves (tuberculose, cancers) mais aussi être associée à d’autres symptômes passagers et sans gravité (fatigue, nausées. . .). La pâleur n’est pas en soi un symptôme suffisant pour déterminer une maladie particulière.

Quelles sont les causes de la pâleur

Anémie L’anémie chronique est l’une des causes les plus fréquentes de pâleur, surtout si elle est associée à une décoloration de la muqueuse de la bouche et des conjonctives. L’anémie elle même est due à diverses causes, telles que maladie héréditaire, manque de fer, saignement chronique génital ou digestif, etc. Le trop faible taux d’hémoglobine rend le sang incapable de colorer la peau. Voici quelques autres raisons :

  • Détresse circulatoire La détresse circulatoire ou état de choc, que les médecins appellent collapsus, s’accompagne d’une pâleur intense car l’organisme privilégie la circulation vers les organes vitaux.
  • Hémorragie interne L’hémorragie interne, qui réalise un tableau d’anémie aiguë, est une cause redoutable et dramatique de pâleur. Dans ce cas, seule la chirurgie d’urgence peut sauver la vie.
  • Insuffisance cardiaque La chute du débit circulatoire, en cas d’insuffisance cardiaque, retentit d’abord sur la peau qui apparaît pâle parce que mal irriguée.
  • Migraine La migraine et les céphalées peuvent s’accompagner de pâleur car elles provoquent un réflexe de constriction des artérioles et capillaires
  • Règles douloureuses Il en est de même des règles douloureuses, comme d’ailleurs de toutes les douleurs organiques : la production d’adrénaline qui les accompagne conduit à une pâleur plus ou moins marquée.
  • Pâleur associée à un autre symptôme La pâleur est un symptôme qui accompagne fréquemment les infections, les nausées, les vomissements, les maladies telles que cancer ou tuberculose.
  • Pâleur constitutionnelle L’épaisseur de la peau peut donner une fausse impression de pâleur, corrigée par l’observation des conjonctives des yeux et un simple contrôle sanguin. On peut simplement avoir le teint pâle sans pour autant être malade.
  • Stress Toutes les situations d’agression psychologique (peur, colère, choc affectif, angoisse) qui provoquent un stress entraînent la libération d’adrénaline et donc s’accompagnent de pâleur cutanée, avec parfois présence de sueurs.
  • Froid Le froid, comme la sensation de froid qui accompagne l’apparition de la fièvre, provoque une pâleur par constriction des vaisseaux de la peau

ATTENTION : La véritable pâleur se contrôle au niveau des conjonctives des yeux pour écarter les facteurs constitutionnels de la peau. Les peaux colorées ou bronzées prennent une teinte grise, ou légèrement métallique difficile à apprécier l les peaux épaisses paraissent toujours pâles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *